The Highest Freedom !

Le rêve d'un Dreamer qui tourna au cauchemard
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
PENSEZ À FAIRE VOTRE DEMANDE DE PERSONNAGE AVANT DE FAIRE VOTRE FICHE, MERCI !

Partagez | 
 

 Parce que je déteste mon supérieur... [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Nathaniel Verace
PNJ
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 20/02/2010
Localisation : In Manathan

Votre Personnage
force physique:
33/100  (33/100)
Gênes : Humain
Statu:

MessageSujet: Parce que je déteste mon supérieur... [Libre]   Mer 24 Fév - 16:32

[premier post]

Après une longue journée à travailler sur ses planches de dessin sur son lieux de travail, se débrouillant avec une machine à café en panne et un bouteille d'eau presque terminé. Après une journée où les collègues se levait, faisant grincer les chaises, parlait, sans faire attentions aux demandes de calmes, griffait le papiers, le froisser, le jetait dans des grognement agacé. Après une engueulade avec un directeur artistique du moment, le scénaristes avec qui il travail. Après un débat houleux sur la couleur de la jupette de la petite gueux à couettes. Et après une séance de claquage de portes jusqu'à arriver chez lui. Ce qui comprenant les cinq portes menant du bureau du directeur à la sortie des locaux, quatre autres supplémentaire entre celle de sa voiture, de l'entrée de son immeuble et celui de son appartement.

Mais qu'est-ce qu'il avait bien eut, tous, là-bas, à être aussi chiant toute la journée ? C'était pas possible, le cycle lunaire devait y être pour quelque chose, il ne voyait que ça. Se posant tranquillement dans son canapé pour regarder la télé, il se massa le visage, épuisé... Pourtant il fallait qu'il se bouge les fesse pour demain et présenter des croquis plus en adéquation avec l'univers du scénariste... Barf... Partie pour la fourmilière ? Mais... Question existentielle... où avait-il mis le révolver ?! Haha... Quelle drôle d'idée dans un endroit pareil... Alors... comme il n'avait pas le choix, il y après avoir manger. Histoire de faire un break, vous comprenez ?

Et puis, son arrivé se passa sans embuche. Pas qu'il était des plus confiant sous terre, hein ? Mais il n'était pas on plus apeuré. Il commençait à avoir une habitude à venir. Juste que ce soir il aurait voulut rester tranquillement chez lui. Son allure était un peu courbé, molle, et ses yeux cernés. Sa pupille terne témoigné de sa fatigue. Et c'est dans cette attitude qu'il alla se poser dans un des cabaret de cartiers des plaisirs. Là bas, les néons, les jeux de lumières, l'ambiance générale, camouflé l'aura qu'il dégagé, l'image qu'il donnait. Encore heureux, parce ce qu'après avoir commandé un double café bien serré, histoire de se remettre d'aplomb, il eut le malheur de croiser son reflet dans le miroir de l'autre côté du bars, derrière les barmens et les bouteilles.

"Oh quelle horreur... Mais quelle tête je me traîne moi..." qu'il soupira en se passant une nouvelle fois la main sur le visage pour se l'étirer. Peut-être que ça le réveillerait, qui-sait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 31/01/2010
Localisation : Dans un couloir ou une ruelle, en train de danser et chanter, evidemment.

Votre Personnage
force physique:
21/100  (21/100)
Gênes : Hybride Morphique
Statu:

MessageSujet: Re: Parce que je déteste mon supérieur... [Libre]   Mer 24 Fév - 23:05

Qui n'aime pas les cabarets et l'ambiance qui y règne ? Les lumières qui se confondent, la musique qui camouflent tous le reste, l'alcool à proximité, et surtout, de belles jeunes femmes qui se trémoussent sous le regard d'un bon nombres de mâles en rûtes. Déroutant ? Non, juste naturelle, malheureusement. Certains viennent pour prendre un peu de bons temps autour d'un verre, entres amis, d'autres par contre, veulent frimer et draguer les danseuses ou les serveuses avec l'espoir de s'amuser un peu avec plus tard. Surtout lorsque ce sont des hybrides, après tout, à quoi peuvent elles bien servir, si ce n'est à leur faire plaisir ?

Servir, prendre des commandes, répondre poliment, se faire toucher les fesses six fois par minutes, servir à nouveau, nettoyer.. Etonnant pour une jeune fille de bonne famille de finir ainsi, mais quand on ne sait pas grand de la vie et qu'on n'a rien apprit à faire d'autre.. Et puis, elle ne s'en plaignait pas, travaillant pour une femme qu'elle appréciait vraiment, tout en étant proche de la musique, pourquoi se plaindre ? Liz accepte son sort sans le moindre soucis, c'est une petite renarde conciliante, calme et douce, fragile en apparence, mais qui sait montrer les crocs, donc il ne faut pas s'arrêter à sa frêle corpulence. Son corps fin et délicat se mouvait entre les tables du cabaret sans la moindre hésitation, il était d'ailleurs presque impossible de savoir qu'elle était aveugle. Si elle n'avait plus la vue, ses autres sens étaient quand à eux, plus élevés que la normal, bien heureusement d'ailleurs. Sa mémoire était également très bien entraînée et elle avait retenu les emplacements de tous les meubles du cabaret très rapidement, ce qui lui permettait de travaille sans ressentir le moindre handicap vis à vis de ses collègues ou des clients qui pour la plupart, ignorait son infirmité. Seul la couleur si intense et originale de ses yeux alertaient, mais tous ne devinait pas qu'elle ne voyait rien.

La jeune renarde était en ce moment même en plein service, elle venait d'apporter une commande à une table d'humains un peu trop bruyant et prétentieux à son gout, le mini short court qu'elle portait et la vue de ses petites jambes si fines semblaient leur faire pas mal d'effet, mais Elisabeth ne fit comme si elle n'avait rien remarqué, débarrassa les verres vides et s'éloigna bien vite. Malgré la musique plutôt forte, elle se repérait encore en bruit et quand elle croisait une autre serveuse, elle savait l'éviter, en temps normal du moins. Là, ce fut différent, une table avait été bougé, l'hybride ne put le deviner et trébucha, elle venait juste de poser les verres sales au bar et d'en prendre un nouveau, contenant par chance, seulement de l'eau. Sa chute fut moins violente qu'elle ne l'aurait crus et elle se retrouva sur les genoux de quelqu'un, rouge de honte, elle se releva bien vite.

" Oh pardon, pardon vraiment. Veuillez m'excuser.. "
Se confondant en excuse, la renarde se baissa bien vite et tâta le sol pour retrouver sa serviette, son plateau, mais pas le verre. Elle se releva bien vite et se tourna vers celui sur qui elle venait de s'écraser, mais vu son poids plume, il n'avait pas du sentir grand chose. Et d'après ce qu'elle avait sentit, il n'était pas mouillée, donc le verre devait être tombé un peu plus loin, mais on était sur de rien. Et s'il s'était cassé et avait coupé le client ? Affolé mais relativement calme en apparence, elle prit une nouvelle fois la parole, la mine inquiète.

" Vous n'êtes pas blessé ? Vous avez été mouillé ? Je suis sincèrement désolé, j'aurai dus faire plus attention.. "

Lisbeth resta ensuite silencieuse, attendait une réponse de l'homme qu'elle venait d'agresser d'une certaine façon, son odeur lui disait quelque chose, il était déjà venu ici, mais elle ne lui était encore jamais tombée dessus. Elle se pencha en avant, une serviette dans les mains qu'elle tendit au jeune homme, le contact physique n'était pas son fort et elle tremblait un peu trop pour l'essuyer elle même, en plus, elle n'aurait pas su où le faire. Si la plupart du temps son handicap ne la dérangeait pas, dans d'autres situation, comme celle-ci, c'était un réel problème..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meritxell Mirapeix

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 25
Localisation : Nowhere & everywhere ~

Votre Personnage
force physique:
40/100  (40/100)
Gênes : Hybride Automorphe
Statu:

MessageSujet: Re: Parce que je déteste mon supérieur... [Libre]   Mar 9 Mar - 22:00

[Hahaha Lisbeth, ta réponse m'a impressionné, et je suis décidément trop facilement impressionnable, comme meuf. X'D Bref je réponds enfin et j'ai attaché un coussin à mes fesses pour amortir le bottage de cul que je mériterais. XD]


Alors que la condition des hybrides s'était grandement améliorée grace au Dreamer, tout s'était effondré à sa manière, lorsqu'il avait été assassiné. Meritxell en avait gardé une certaine amertume, ayant en tête sa mère qui s'était battue pour s'en sortir, dont les rêves semblaient prendre forme avec ce chef de file, et qui avait perdu cet espoir à la suite de cet incident. Et puis la rouquine regarde le monde froidement, sur un ton sarcastique, comme elle en avait l'habitude, mais qui semblait aussi marqué par l'amertume que sa mère avait laissé éclater en apprenant cette terrible nouvelle, il y a quelques années. Cela signifiait pour elle qu'il faudrait à nouveau se battre pour avoir un minimum de reconnaissance en tant que personne, et se battre constamment était épuisant. Meri le savait elle-même, car elle devait constamment cacher son attribut et faire attention à ne pas être vue quand elle le laissait s'exprimer, pour soulager la tension.

Encore une journée où Meri constatait la stupidité du monde actuel.


"Un paradis insipide."

Dans la rue, dans le métro, elle jettait un regard un peu morne sur son environnement et observait longuement les gens, comme à son habitude. Les gens. C'était vraiment une drôle de chose, ça, les gens. Des moutons pour la plupart, et fanas de philosophie de comptoir, mais bien incapables de vous commenter un tableau de Salvador Dali. La question ne se posait pas, ces gens là, elle ne les considérait pas comme capables d'avoir une défense crédible si elle reprenait la cause du Dreamer et leur balançait la vérité au visage, pire qu'un crachat. Leur seul atout, c'était leur capacité à se regrouper bêtement. Et ça, c'était dangereux. Mais ça n'arrêterait pas Meri qui, depuis quelques temps déjà, songeait à reprendre la cause du Dreamer. Puis le détail parfait, c'était qu'elle soit automorphe. Parfait pour espérer être un minimum entendue sans être prise pour un animal de foire se débattant inutilement dans sa cage.

"Les bêtes sauvages, enfermées, sont quand même en mesure de briser leur cage si elles en ont l'occasion.'

Ce soir-là, elle descendit une nouvelle fois dans la Fourmilière, la septième fois ce mois-ci, pour encore tâter le terrain. Il fallait s'assurer de l'état des choses avant de commencer à agir. Pour passer un peu plus inaperçue et ne pas trop risquer sa peau, elle avait troqué ses tenues habituellement élégantes contre un slim simple, des Converses, un débardeur à capuche gris avec une immense bouche de vampire imprimée dessus, et un manteau de cuir gris à col officier et brandebourgs. Tout dans les poches, pas de sac, rien de visible, et Ren, habillé dans un style similaire mais avec des Doc Martens noires basiques que des lacets rouges mettaient en valeur, l'accompagnait. Avec leurs lunettes, les cheveux relevés en chignon chantilly pour Meri et retombant sur son oeil gauche pour Ren, leur vague air de rockeurs et leur attitude assez décontractée, ils passaient aisément pour de simples étudiants venus prendre du bon temps dans le quartier des plaisirs.
Ils entrèrent dans un cabaret au "pifomètre", juste au moment où un incident de parcours se produisait. Une jeune serveuse semblait avoir trébuché et renversé une commande. La salle était plutôt pleine, et en suivant du regard l'incident de la serveuse, ils constatèrent que la table d'à côté était libre et s'y installèrent en prenant garde à ne pas gêner la serveuse, une hybride plus jeune qu'eux, qui se confondait en excuses.
Les deux jeunes gens prirent leur commande, profitant du passage d'une autre serveuse, et commencèrent à discuter à voix basse afin d'être sûrs de ne pas être entendus, bien que la musique ait pu couvrir leurs voix.


"Tsss... Regardes-moi tous ces pervers qui viennent pour se tape une petite hybride, genre y a marqué libre-service. Sérieux, j'me tâte pour entraîner une action comme l'a fait le Dreamer, mais va y avoir du boulot, et il faudrait faire bouger les hybrides et c'est toujours difficile quand on a peur et qu'on ne souhaite pas se faire trop remarquer. Pourtant ce sont aussi des personnes, pourquoi devraient-ils tous être réduits à de simples créatures? Non ça me convient vraiment pas. Quitte à faire du populisme en rassemblant les mécontents, si on veut que les choses bougent, il faut montrer qu'on existe..."
"Haha tu veux organiser une nouvelle Révolution?... Ah nan me tape pas! Non mais sérieusement, le populisme, ça marche pas à tout les coups, il faudrait vraiment trouver quelque chose,; un argument de choc qui pourraient vraiment tous les toucher, histoire de bien les persuader de sortir de leur trou et de se manifester une bonne fois pour toute... Après, sur la question du "comment", vas savoir...
"Huuuum... A vrai dire, depuis quelques temps, je pense qu'on pourrait commencer par des tractations, mais le risque c'est qu'il y ait dénonciation... Et de jour ça va être dur à faire, entre les cours et les jobs... Ouais, j'me demande vraiment comment on pourrait faire..."

Meri parlait à Ren, mais aussi un peu à elle-même, chose qu'elle faisait rarement, mais la présence de Ren ne la gênait pas. Et à se tenir proches comme ils le faisaient, ils donnaient l'impression d'un jeune couple souhaitant passer un agréable soirée, camouflant leurs paroles en gardant le sourire et se la jouant petit flirt du soir, de vrais comédiens. Et puis Evil Twin oblige, ils semblaient parfois avoir le cerveau connectés et jouaient le jeu de façon on-ne-peut-plus synchrone. ren aimait bien ce genre de petit jeu, et cette connivence avec la jeune femme était bien loin de lui déplaire. La seule chose qu'il espérait était que le blond à sa droite ne s'amuse pas à écouter aux portes, bien qu'il semblait plutôt morose et fatigué, de plus près.


[Ben j'pensais absolument pas que ça donnerait un truc si long, je suis habituée aux machins courts, moi! XD *surprise*]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parce que je déteste mon supérieur... [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parce que je déteste mon supérieur... [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Highest Freedom ! :: New-York Underground ; La Fourmilière :: Quartier des Joies-
Sauter vers: